mercredi 12 juillet 2017

INDRA: Archives-Gold Four (2015)

“This is another Roumanian dish with great leftovers...excuse-me; great hors-d'oeuvres”
1 Nymbus 11:59
2 Top Clearance (Soul Ground) 27:56
3 The Twins 17:29
4 On the Beach 15:25

Indra Music (CD&DDL 72:51) ****½
(Berlin & Roumanian School)
A small silvery filet makes its way between our loudspeakers, irradiating muddy breaths from where pounds a network of spasmodic sequences. "Nymbus" doesn't waste time to deploy its arsenal of rhythm with percussions which hammer a structure knotted around the stroboscopic jolts of the sequences. The percussions are lively and support the glimmering of the sequences which merge into fluid some sonic hoops and which squeeze their selves in convulsive beams. Indra carries us in his lands of Trance Music with a structure of rhythm which will, for very short moments, leave its statute for some phases of sonic moods in order to get back decorated again of new sound elements all more attractive from each other. A sort of fusion between Trance and Psybient, "Nymbus" ends in strength and draws the parameters of an album carried by the rhythms. Composed between 2008 and 2009, the music of “Gold Four” is injected by the sound and rhythmic fragrances which introduced the Tantric Celebration series.  "Top Clearance (Soul Ground)" is quieter and begins its long journey in the odyssey of serenity with sequences which ring in a magic universe. Aqueous effects and a little tarnished prisms are the reflections of a fascinating state of perdition where blow the last reflections of the sequences. A sibylline wave lies down, giving to this opening an effect of uncertainty from where hatches a very slow spheroidal movement. This movement waltzes slowly under the hatchings of diverse sequences and in front of a cloud of mist and its sound particles which whisper the silence. The first 13 minutes of this long track are pure marvels of meditation. More abstruse atmospheres seize the 2nd half of "Top Clearance (Soul Ground)" with celestial voices which hum on a carpet of prisms and in some dense orchestrations which throw an aura of havoc. These voices dissipate under the sonic looks of this approach which becomes then a very Vangelis one with lost chords trying to find a way of harmonies, while always in the background drag these tethers orchestral laments. It's like a concerto for a lone piano, we will hear guitar as well, played by angels looking down at an Earth of desolation.
"
The Twins" is a very good piece of music knit in the Berlin School wool. The opening is embroidered with two lines of sequences of which the distinctions move towards in a spiral of ambient rhythm. Another line of sequence emerges and 2 first ones disappear while pulsations and percussions appear to their turns. But it is always the same ritornello of harmonious rhythm that returns. Sometimes improved by a synth which cries its tears of sounds and sometimes pushed by a greater velocity, the skeleton of "The Twins" exposes its hypnotic charms with these delicate variances which are these golden bridges of the magnetizing Berlin School of Klaus Schulze in the 70's. And as all good things must come to an end, "The Twins" crumbles its charms in delicious orchestrations. Definitively one of the best titles of this gigantic Archives Series. Orchestrations decorated of these old tones of AM radio open the atmospheres of "On the Beach". Electronic effects add to this confusion of two eras, seducing our ears which are so diverted of rising movement of jerky sequences which establish the long serpentine wall of the ambient rhythm of "On the Beach". So thrown, these parameters will be of use as rampart to a multitude of electronic effects which flirt between the psychedelic, the psychotronique and the experimentation of sounds versus the tolerance of our ears. The effects of percussions and the hummings of the bass add a dimension of disaster to a structure of rhythm which becomes clearly more excited as it is fed by these effects and jingles of the little wings of metal. And this spiral of static rhythm goes up and down quietly until it reaches the rhythmic boiling point with an avalanche of percussions which thunder at the 10th minute point. It's an intense passage with a continual bludgeoning of these percussions which drum of excitement with their effects of reverberations until the circular movement of "On the Beach" is about freed from it some 120 seconds farther, clearing the way for this wall which could have snake even for a long time with all these artifices that Indra injects to it. Intense and seducing, even in its heavy minimalist shroud.
Indra produced a great deal of music since his comeback with this gigantic series which began hardly 2 years ago. The albums of these archives follow one another with a crazy rhythm, as long that it's difficult to remember all that we have just discovered 5 months before… And there are pearls in there. Very beautiful ones! I think in particular of
Ruby Five, Emerald Four, Emerald Five, and recently of Gold One. To this list, it is now necessary to add “Gold Four” where once again I find no weakness, maybe for the permutation of the roles in "Top Clearance (Soul Ground)". And still there, the very Vangelis passage is very appealing and its first 13 minutes are of pure magic. The rest is candy for the ears. Solid, from start to end!

Sylvain Lupari (July 12th, 2017)
synth&sequences.com
You will find this album on Indra Bandcamp here
-CHRONIQUE en FRANÇAIS-
Un petit filet argenté se taille entre nos haut-parleurs, irradiant des souffles boueux d'où palpite un réseau de séquences spasmodiques. "Nymbus" ne perd pas de temps à déployer son arsenal de rythme avec des percussions qui martèlent une structure nouée autour des secousses stroboscopiques des séquences. Les percussions sont entraînantes et soutiennent le miroitement des séquences qui fusionnent en de cerceaux soniques qui s'empilent en des faisceaux convulsifs. Indra nous amène dans ses territoires de Trance Music avec une structure de rythme qui cèdera sa place pour de brefs instants à des reflets d'ambiances pour revenir orné de nouveaux éléments soniques tous plus séduisant les uns des autres. Fusion entre le Trance et le Psybient, "Nymbus" fini avec force et trace les paramètres d'un album porté par les rythmes. Composée entre 2008 et 2009, la musique de “Gold Four” est injectée des fragrances soniques et rythmiques qui initiaient la série Tantric Celebration. "Top Clearance (Soul Ground)" est plus tranquille et amorce son long voyage dans l'odyssée de la sérénité avec des séquences qui tintent dans un univers magique. Des effets aqueux et des prismes un peu ternis sont les miroitements d'un fascinant état de perdition où soufflent les derniers reflets des séquences. Une onde sibylline se couche, donnant à cette ouverture un effet d'incertitude d'où éclot un très lent mouvement sphéroïdal. Ce mouvement valse lentement sous les éclosions de diverses séquences et devant un nuage de brume et de ses particules sonores qui chuchotent le silence. Les 13 premières minutes de ce long titre sont de pures merveilles de méditation. Des ambiances plus absconses s'emparent de la 2ième moitié de "Top Clearance (Soul Ground)" avec des voix célestes qui chantonnent sur un tapis de prismes et dans de denses orchestrations qui jettent une aura de bouleversement. Ces voix se dissipent sous les regards soniques de cette approche qui devient très Vangelis avec des accords perdus tentant de trouver un chemin d'harmonies, alors que toujours en arrière-plan traînent ces longes complaintes orchestrales. C'est comme un concerto pour piano seul, on va aussi entendre une guitare acoustique, joué par des anges qui regardent au-dessus d'une terre de désolation.
"The Twins" est un très bon morceau de musique tricoté dans la laine Berlin School. L'ouverture est brodée de deux lignes de séquences dont les distinctions s'acheminent en une spirale de rythme ambiant. Une autre ligne de séquence émerge et les 2 premières disparaissent alors que des pulsations et des percussions apparaissent à leur tour. Mais c'est toujours cette même ritournelle de rythme harmonique qui revient. Tantôt bonifié d'un synthé qui pleure ses larmes de sons et tantôt poussé par une vélocité accrue, l'ossature de "The Twins" étale ses charmes hypnotiques avec ces délicates variances qui sont ces ponts d'or de la Berlin School magnétisante à la Klaus Schulze dans les années 70. Et comme toute bonne chose a une fin, "The Twins" émiette ses charmes dans de délicieuses orchestrations. Définitivement un des meilleurs titres de cette monstrueuse série Archives. Des orchestrations décorées de ces vieilles tonalités de radio AM ouvrent les ambiances de "On the Beach". Des effets électroniques ajoutent à cette confusion de deux époques, séduisant nos oreilles qui sont ainsi détournées du naissant mouvement de séquences saccadées qui instaurent la longue muraille serpentine du rythme ambiant de "On the Beach". Ainsi jetés, ces paramètres serviront de rempart à une multitude d'effets électroniques qui flirtent entre le psychédélique, le psychotronique et l'expérimentation des sons versus la tolérance de nos oreilles. Les effets de percussions et les bourdonnements de la basse ajoutent une dimension de catastrophe à une structure de rythme qui devient nettement plus excitée à mesure qu'elle est nourrie de ces effets et des cliquetis des élytres de métal. Et cette spirale de rythme statique monte et descend tranquillement jusqu'à atteindre le point d'ébullition rythmique avec une avalanche de percussions qui tonnent vers la 10ième minute. C'est un passage intense avec un continuel matraquage de ces percussions qui tambourinent avec excitation dans des effets de réverbérations jusqu'à ce que le mouvement circulaire de "On the Beach" en soit affranchi quelque 120 secondes plus loin, dégageant cette muraille qui pourrait serpenter encore pour longtemps avec tous ces artifices qu'Indra y injecte. Intense et séduisant, même dans sa lourde pochette minimaliste.
Indra a produit énormément de musique depuis son retour avec cette gigantesque série qui a débutée il y a à peine 2 ans. Les albums de ces archives se succèdent à un rythme fou, tant qu'il est difficile de tout retenir ce que l'on vient de découvrir il n'y a pas 5 mois…Et il y a des perles là-dedans. De très belles! Je pense notamment à Ruby Five, Emerald Four, Emerald Five, et dernièrement le Gold One. À cette liste, il faut maintenant rajouter “Gold Four” où encore une fois je ne trouve aucune faille, si ce n'est que la permutation des rôles dans "Top Clearance (Soul Ground)". Et encore là, le passage très Vangelis est très attirant et ses 13 premières minutes sont de la pure magie. Le reste est du bonbon pour les oreilles. Solide, du début à la fin!

Sylvain Lupari (11/07/2017)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire